Présentation

Le groupement Naam est une transformation qualitative d’une association traditionnelle de travail communautaire de jeunes: le kombi – Naam.C’est un instrument créé à partir des formes associatives traditionnelles pour initier, contenir un processus de développement endogène sécurisant et durable.

Les Naam forment au niveau national une fédération forte de 85 unions comptant 5260 groupements enregistrant 600 000 adhérents. La fédération couvre 29 provinces sur les 45 que compte le Burkina Faso.

Le GSA est à la fois un outil économique et un instrument de sécurité alimentaire. La capacité du GSA à remplir ses fonctions au niveau du village est déterminée par sa viabilité économique. En somme la sociabilité dépend de la viabilité économique. Pour marquer ce changement, les « banques de céréales » (BC) ont été rebaptisées « Grenier de Sécurité Alimentaire » (GSA).

Dans le même ordre d’idée la notion de banque a été abandonnée car en contradiction avec l’abandon de la vente à crédit tandis que le mot « céréale » est restrictif quant à l’idée de diversification des produits alimentaires.


Des principes partagés

La philosophie  observée par les Naam est « Développer sans abîmer ». Quoi ? Notre culture et la nature. L’objectif unique des Naam est de responsabiliser chaque individu, chaque groupe, chaque communauté de ses problèmes et l’amener à les prendre en charge.
La méthode d’animation articule des approches convergentes:


l’approche se référant à l’identité culturelle et charriant le capital social du groupe consiste à animer à partir de :

Ce qu'il est (donc de sa nature)
Ce qu'il sait (donc ses savoirs)
Ce qu'il vit (donc de sa culture)
ce qu'il sait faire (donc des technologies qu'il maîtrise)
ce qu'il veut (donc de ses aspirations)


Il s’agit d’appuyer le groupe en utilisant son langage, sa perception des choses, ses croyances, ses technologies, sa compréhension de l’environnement humain et physique.

L’approche des « trois A » consiste à amener le groupe à être auteur, acteur de son projet de développement et à y investire toutes ses facultés intellectuelles et psychologiques, d’où âme.

Modes d’intervention

La FNGN intervient en appui à ses organisations de base pour renforcer leurs capacités. A la FNGN, l’intéressé conçoit son projet, en propose les moyens et le programme d’exécution à la mesure de ses moyens.
A sa demande, les unités d’appui technique de la fédération analysent ces propositions, l’aide à la formation des techniciens ou personnes ressources et apportent les outils auxquels il n’a pas accès.